Archive pour mars, 2007

L’amitié

citation4.gif

0c9626984bfadfd2da93b9c2ec6f66f9call5.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Patience …

brancheroses.gif

Si tu te sens perdu, rejeté, exclu
Si tu te sens attaqué sur tous les fronts
Patience ! 

Car chaque nuit voit poindre son aurore
Et ceux qui aujourd’hui t’ignorent
Demain ne manqueront pas de t’entourer…

Si celle ou celui que tu aimes follement
Te semble tiède, sans ardeur, indifférentPatience !

Car la roue tourne
Et toi même, avec le temps,
Devenu moins fervent
Tu verras l’autre à son tour
S’empresser vers toi…

 Si ton travail ne te convient guère
Si ta vie te semble insipidePatience !

Fais confiance au temps
Fais confiance en ta bonne étoile
Un jour tu trouveras
Ta vocation véritable
Et tu pourras enfin
T’épanouir pleinement…

 Et n’oublie pas…
Patience et longueur de temps
Font plus que force ni que rage.

brancheroses.gif

Poème d’amitié.

rosesvertes02.jpg

 

Tout être à son reflet ou son écho.

 Le soir,
La source offre à l’étoile un fidèle miroir;
Le pauvre trouve un coeur qui l’accueille, la flûte
Un mur où son air triste et pure se répercute;
L’oiseau qui chante appelle et fait chanter l’oiseau,
Et le roseau gémit froissé par le roseau :
Rencontrerai-je un jour une âme qui réponde
Au cri multiplié de ma douleur profonde?

 - Charles Guérin -

rosesvertes02.jpg

 

 

Citation, le bonheur.

 

 

 

citation12.gif

Les heures d’après-midi…

27587d2jeok0bem.gif

Je t’ apporte, ce soir, comme offrande, ma joie

D’ avoir plongé mon corps dans l’ or et dans la soie

Du vent joyeux et franc et du soleil superbe;

Mes pieds sont clairs d’ avoir marché parmi les herbes,

Mes mains douces d’ avoir touché le coeur des fleurs,

Mes yeux brillants d’ avoir soudain senti les pleurs

Naître, sourdre et monter, autour de mes prunelles,

Devant la terre en fête et sa force éternelle.

L’ espace entre ses bras de bougeante clarté,

Ivre et fervent et sanglotant, m’ a emporté,

Et j’ ai passé je ne sais où, très loin, là-bas,

Avec des cris captifs que délivraient mes pas.

Je t’ apporte la vie et la beauté des plaines;

respire-les sur moi à franche et bonne haleine,

Les origans ont caressé mes doigts, et l’ air

Et sa lumière et ses parfums sont dans ma chair.

- Émile Verhareren -

 

123456

Les terres arides de l'isol... |
L'anatra littéraire |
Les amis d'Athéna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONCOURS LITTERAIRES 17
| Dans l'ombre des étoiles
| Solédane dans ses rêves et ...