Poème d’amitié.

rosesvertes02.jpg

 

Tout être à son reflet ou son écho.

 Le soir,
La source offre à l’étoile un fidèle miroir;
Le pauvre trouve un coeur qui l’accueille, la flûte
Un mur où son air triste et pure se répercute;
L’oiseau qui chante appelle et fait chanter l’oiseau,
Et le roseau gémit froissé par le roseau :
Rencontrerai-je un jour une âme qui réponde
Au cri multiplié de ma douleur profonde?

 - Charles Guérin -

rosesvertes02.jpg

 

 

 


2 commentaires

  1. dantoine maryse dit :

    trop beau ! sans commentaire ! je reste sans voix !… c’est beau à entendre, c’est doux à lire, que du bonheur !

Répondre

Les terres arides de l'isol... |
L'anatra littéraire |
Les amis d'Athéna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONCOURS LITTERAIRES 17
| Dans l'ombre des étoiles
| Solédane dans ses rêves et ...