Archive pour mars, 2007

Poésies.

vachercomthelongsleep.jpg

 Espoir

Tu surgis dans ma vie
Comme ça, sans préavis
Je ne t’attendais pas
Pourquoi pas ?
Qui es-tu pour oser
Venir me débusquer ?
Mi ange, mi démon
L’attirance, l’interdit
Désirs, plaisirs indéfinis
Que de sermons
Je résiste, encore et encore
Tu insistes, encore et encore
Tu m’encourages
Tu veux briser mes chaînes
Je te décourage
Contre ta volonté, je me déchaîne
Je suis déboussolée
Transportée par cette envie
Cette tentation de m’abandonner
Pour un moment d’euphorie
Ensuite, m’en aller le cœur emplit d’espoir
Ou de désespoir
De mes chaînes libérée
Ou à jamais enchaînée ?

J’ai rêvé

Ils se sont sentis attirés
Mais n‘ont osé en profiter
Une fois la pizza partagée
Elle lui a demandé
Un câlin s’il te plaît !
Il n’a pas refusé
Dans ses cheveux ses doigts se sont engagés
Elle adore être décoiffée
De baiser en baiser
Leurs lèvres se sont invitées
Leurs parfums se sont alliés
Douceur, tendresse, volupté
Leurs mains se sont parlées
Ils se sont laissés aller
Parfaitement hypnotisés
Minuit a sonné !
Vite ! il s’est sauvé
Je me suis réveillée
Toute éberluée
Ai-je ou non rêvé ?
Je souris à me rappeler
La pizza, il a aimé
Le câlin, j’ai aimé
Ouf ! la voiture était sauvée
En citrouille ne s’est pas transformée !
De ce rêve, je me remets
Vite, sur mon ordi je me mets
Ecrire ce dont j’ai rêvé
Pour ne pas l’oublier

Le plus fort des désirs

Quelle est cette douleur qui me tiraille ?
Elle est ancrée en moi et lacère mes entrailles
Quand ai-je eu ce désir de folie ?
Je ferme les yeux et me souviens de ce moment précis

C’est le moment où le désir devient atout
Cette émotion dépasse tout
Le vide ressentit est tellement incomparable
Que le combler devient imparable

Alors commence le jeu de la séduction
Pour attirer l’autre dans la même imagination
Espérant l’adhésion, sensualité lui est offerte
Et de cette offrande disparaît le désert

Doucettement, dans ce sein, apparaît la vie
De ses mains posées, il sent qu’elle frémit
Son adhésion à ce désir devient sans réserve
Et alliant délicatesse il s’invite dans son rêve

Le tourbillon passé, j’ouvre les yeux et te reconnais
Dans mon ventre tu t’es créé en toute sérénité
Tu sembles si fragile, une seule prétention, te protéger
Bienvenu ! mon amour, mon enfant, mon bébé

Merci de t’être invité et te promettons ce jour
Que ta vie ne sera qu’amour
Dans le seul dessein de vivre une noble aventure
Et façonner une maisonnée sans devanture.

Ces textes sont de Laurence Martin

Au fait, d’où vient la fête des pères ?

papa5.gif

Autoritaire, protecteur, papa poule ou papa gâteau : le 20 juin prochain, tous les papas seront à l’honneur. Tout a commencé officiellement en 1909, dans la petite ville de Spokane aux Etats-Unis.

 Le mot et ses origines religieuses

Dieu créateur a de tout temps été nommé Dieu le Père. Puis ce fut Abraham, père des croyants (XIXème siècle avant JC) et patriarche biblique. Les peuples juifs, arabes et chrétiens revendiquent tous sa descendance. Les Romains avaient également leurs pères, les empereurs nommés Pères de la Patrie. D’ailleurs Père vient du latin « pater », tantôt utilisé dans le sens de créateur, tantôt emprunt de sentiments paternels à la fois tendres, autoritaires et protecteurs.
Chez les chrétiens, les pères étaient bien sûr les membres du clergé. le pape lui-même est nommé Saint-Père par les catholiques.

La fête, une histoire américaine

C’est semble-t-il aux Américains que l’on doit l’idée de rendre hommage aux papas. L’idée de créer une fête pour que les enfants honorent leurs pères est en effet née à Spokane (Etat de Washingthon). Sonora Smart Dodd fut la première personne à proposer la fête des pères. En écoutant un sermon le jour de la fête des mères en 1909, Sonora s’interrogea sur cette célébration. Elle avait été élevée par son père, Henry Jackson Smart, après la mort de sa mère et elle voulait lui faire savoir à quel point elle lui était reconnaissante. Comme son père était né en juin, elle choisit ce mois pour organiser la première fête des pères à Spokane le 19 juin 1910. L’idée fit son chemin et en 1924, le président Calvin Coolidge soutint l’idée d’une journée nationale de fête des pères. Mais il fallut attendre 1966 et le Président Lyndon Johnson pour que fût signée la proclamation officielle d’un « Father’s Day » le troisième dimanche de juin.

En Europe

Au fait, d'où vient la fête des pères ? dans Un bout d'histoire pixelrouge C’est en 1952 que la France institua la première fête des pères, deux ans après l’officialisation de la fête des mères.
pixelrouge dans Un bout d'histoire En Belgique, elle a lieu le deuxième dimanche de juin, une semaine avant les autres.
pixelrouge En Italie, c’est le jour de la saint Joseph, le 19 mars, que l’on célèbre les papas.
pixelrouge Au Luxembourg, les papas doivent attendre le mois d’octobre. Cette année la fête est donc fixée au 3 octobre.

Le symbole de la fête des pères

Paradoxalement, c’est la rose qui est la fleur de la fête des pères. On porte des roses rouges pour un père qui est vivant et blanche pour un père qui est mort.

67635f67b30925caa1c490dbcbef0f57call42.gif

Peindre la vie…

f131.jpg

Peindre la vie…

L’amour
comme la peinture
a des nuances infinies,
de bonheurs enflammés,
de malheurs calcinés,
de nuages de larmes,
percés de clartés soudaines,
d’arc-en-ciel par une vive joie,
une douce espérance,
créant comme un soleil
des ombres vivantes au tableau.

Chaque instant est un coup de pinceau
d’efforts répétés
sur la toile de l’existence,
de retouches successives
de perpétuels recommencements
dans le cadre de la vie,
pour un chef-d’œuvre de règne
de lumières variées
vers un accueil
d’immortalité…

animationcall04.gif

Citation, le baiser.

citation5.gif

67635f67b30925caa1c490dbcbef0f57call41.gif

Poèmes les mamans.

fleurs164.gif

Ma maman

Quand j’étais petite, je ne savais pas manger,

Ma maman m’a appris

Et depuis, je dévore, je dévore sans arrêt.

Quand j’étais petite, je ne savais pas parler,

Ma maman m’a appris

Et depuis, je bavarde, je bavarde sans arrêt.

Quand j’étais petite, je ne savais pas marcher,

Ma maman m’a appris

Et depuis, je gambade, je gambade sans arrêt.

Quand j’étais petite, je ne savais pas chanter,

Ma maman m’a appris

Et depuis, je chantonne, je chantonne, sans arrêt.

Quand j’étais petite, je ne savais pas aimer,

Ma maman m’a appris

et depuis, je l’embrasse, je l’embrasse sans arrêt.

(Auteur inconnu)

fleurs202.gif

La merveille

Ma vie est un enchantement

Quand je m’endors,

Quand je m’éveille,

Ou quand je joue,

A tout moment,

Une fée douce me surveille

Et m’entoure de soins charmants

Cette merveille :

C’est ma maman !

(Auteur inconnu)

fleurs164.gif

Tout peut s’user

Tout peut s’user

mais moi, je connais quelque chose

qui ne s’use jamais

c’est la joue de maman

qui reçoit les baisers

de son petit enfant.

Bonne fête maman !

(A. Got)

fleurs202.gif

Pour ma mère

Il y a plus de fleurs,

Pour ma mère, en mon coeur,

Que dans tous les vergers

Pour ma mère, en mon coeur,

Que dans le monde entier

Et bien plus de baisers

Pour ma mère, en mon coeur

Qu’on en pourrait donner.

(Maurice Carême)

fleurs164.gif

Ouvre grand ta fenêtre Maman !

Ouvre grand ta fenêtre Maman

Ouvre grand

Chut !

Écoute le vent

Qui te porte un poème

Des milliers de « je t’aime »

Chut !

Écoute le vent

Comme un jour de printemps

Il t’apporte un baiser

Celui de ton enfant

Bonne fête Maman !

(Auteur inconnu)

fleurs202.gif

Des milliers de coquillages

Des milliers de coquillages sur la plage

Des milliers de fleurs dans les champs

Des milliers d’oiseaux dans le ciel

Mais seulement, seulement UNE maman !

(Auteur inconnu)

Maman farine, dans la cuisine,

Maman histoires, quand vient le soir,

Maman bisous, quand tout est doux,

Maman tambour, les mauvais jours

Maman championne du téléphone

Maman régime et cours de gym

Ma maman à moi

Tu es tout à la fois et

Je t’aime comme ça

(Auteur inconnu)

fleurs164.gif

Julien Fedronic envoie cette poésie :

Chère Maman, je t’aime

Peut-être que je ne te le dis pas souvent

Mais au fond de moi, je le pense chaque jour,

Car tu es celle qui m’as fait naître et qui me caresse avant de dormir

Simplement, je veux te donner 365 bisous.

fleurs202.gif

La Rose Rouge

123456

Les terres arides de l'isol... |
L'anatra littéraire |
Les amis d'Athéna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONCOURS LITTERAIRES 17
| Dans l'ombre des étoiles
| Solédane dans ses rêves et ...