Archive pour mars, 2007

Citation, réussir.

image06.jpg

Poésies

animation6.gif

 

 

Poèmes d’internautes.

 

AMOUR

Vibrer, trembler, esperer

Pour tous l’amour est present

Dans notre coeur quel bonheur

Dans tes doigts qui me decouvre

Dans ton regard qui va au dela

Des mots,des sourire,des calins

Aimez-vous a fond

Ca c’est la verite profonde

Sur terre chaque seconde compte

Vivez sans limite et sans principes

Si vous le pouvez ne laisser passer

Aucune seconde de bonheur

Et surtout laissez vous guider

Par votre coeur et votre conscience

Cherchez votre voie et ne laissez

Jamais choisir les autres a

Votre place

Aimez-vous sans faille

Sans mensonge avec sincerite

Et la vie vous paraitra

Comme un reve.

 rose05.gif

Il réchauffe notre coeur

nous envahit de bonheur

un regard, un sourire

et un tendre sentiment

nous agrippe

il grandit, s’enrichit

et l’amour apparaît

doux, tendre et fort

heureux par cet amour

et malheureux lorqu’il se détruit

mal d’aimer

amour sincère

ou amer

drôle de sentiment

si violent.

rose05.gif

Bien compliqué quelquefois

il peut faire souffrir

ou apporter beaucoup de joie

pressant, dominant

noyant tout sur son passage

la raison, l’esprit

tout est englouti

il ne reste plus que l’amour

si fort, si beau

ou si dur

il croise nos destins

avec un malin plaisir

il arrive avec surprise

quel drôle de sentiment

apportant bonheur

ou tristesse

a bientôt

rose05.gif

On s’aime si fort,

bien plus encore nous savons que ce n’est pas bien

 et pourtant notre raison, nos sens, notre coeur tous s’unissent

et l’emportent impossible de lutter

l’amour est plus fort ce bonheur est immense .

nos rencontres sont délicieuses

nos étreintes sont brûlantes

rien ne peut arrêter

cette folie d’amour

je t’aime et tu m’aimes

c’est notre choix.

rose05.gif

Toi que j’aime
d’un amour caché
secret et merveilleux
lorsque l’on se retrouve
nous ne formons plus qu’un
nos corps nos coeurs
tout s’enflamme
comme un brasier
je t’aime sans pouvoir le montrer
toi aussi
c’est difficile mais tellement fort
nos rendez vous
nos coeurs qui battent
par l’angoisse
la peur
tout cela c’est notre histoire
c’est notre bonheur
nos instants à nous
à nous seuls
je t’aime.

rose05.gif

Mon ami de coeur

déjà 1 an que nous

nous connaissons

nos sentiers, nos cours au Lycée

plus les jours passent

et plus je t’apprécie

j’aime te contredire

t’embeter

et toi tu adores

me taquiner

tu es si drôle

et ton sourire me fait craquer

et en plus

tu es mignon

cette année nous sommes séparés

et lorsque je te vois

Je n’ose pas te dire

les mots qui brûlent

mes lèvres

l’affolement de mon coeur

je t’aime

c’est vrai

l’amitié est devenue

Amour

je t’adore

je ne sais pas

si toi tu ressents

le même sentiment

mais voilà c’est dit

Je t’aime très fort.

rose05.gif

Entrelacés, emmêlés

Ils sont mêlés

Dans un même souffle

Ils battent ensemble à l’unisson

Douceur, bonheur, chaleur

Amour toujours

Je devine tes émotions, tes envies

Ton corps fait partie du mien

Nous ne formons plus qu’un

J’aperçois un tunnel de bonheur où je glisse

Sans retenue avec délice

Je perds pied avec toi,

le grand vertige

Au summum du plaisir

Je veux te murmurer

Un seul mot

Je t’aime … mon amour.

rose05.gif

Folie passagère

Peur de t’avouer

que je suis prise

au piège de l’amour

tu me rends folle

tu es mon obsession

comment te dire

que je t’aime

comment te montrer

mes sentiments

tout mon coeur

est rempli de toi

celà me fait presque peur

c’est si fort

je t’aime.

rose05.gif

Instant magique

Nos premiers mots

Notre coup de foudre

Instant merveilleux

Notre balade au bord de mer

J’ai gardé la rose rouge

Elle restera dans mon cœur

Comme toi

Amour impossible

Cela fait mal

Mais je l’accepte

Je voudrais te remercier

Pour le bonheur

Que tu m’as apporté

Pour ces instants de joie

Je vivais un conte de fée

Un véritable rêve

Merci

Je conserverai à jamais

Ton souvenir si doux

Ta douceur

Et ce bonheur.

rose05.gif

 

mkwccaqo5t1.gif

L’art d’aimer

   siqdxs60.jpg

 

AIMER c’est :

Etre disponible, chaque fois que c’est possible.
  Donner ce que l’on peut, sans attendre un retour.
  Chasser l’indifférence, garder un coeur sensible,
 
 Quand il faut choisir, le faire avec amour…

 Dire la vérité, lorsqu’on sait qu’on la doit.
  Connaître le prix des larmes, calmer une âme stressée,
  Soutenir ses voisins lorsqu’ils n’ont plus d’emploi !
  Garder un coeur tout neuf, même quand il est usé…

 Aimer :

c’est un bouton de rose
Fragile et parfumé,
Que de toucher on n’ose,
De peur de l’abîmer.

Une chevelure d’ange
Dans une robe de velours
Fragile et sans défense
Qui a grandi un jour

Aimer :

c’est un parfum de femme,
Une créature de rêve ,
Un regard qui enflamme,
Une voix qui vous pénètre !  

Un besoin de caresses,
Un monde de douceur,
Une soif de tendresse
Que partage l’âme soeur,

Avant que la vieillesse
Ne soit au rendez-vous
Montrez votre tendresse
A chaque instant du jour

Aimer :

c’est chanter et danser
Respirer et sentir,
Enlacer et bercer
Oublier de maudire

Voir un coucher de soleil
Entendre le bruit des flots
Voir planer dans le ciel
Les oiseaux tout là-haut

Grimper sur la montagne
Et se rouler dans l’herbe
Sentir dans nos campagnes
L’odeur fraîche de la terre

Aimer :

C’est protéger la vie
Vivre l’un pour l’autre
Partager : joies, soucis
Se battre côte à côte

(Jean-Claude Brinette)

Des poèmes

dividers55.gif 

Tout être à son reflet ou son écho. Le soir,
La source offre à l’étoile un fidèle miroir;
Le pauvre trouve un coeur qui l’accueille, la flûte
Un mur où son air triste et pure se répercute;
L’oiseau qui chante appelle et fait chanter l’oiseau,
Et le roseau gémit froissé par le roseau :
Rencontrerai-je un jour une âme qui réponde
Au cri multiplié de ma douleur profonde?

dividers55.gif

Déjà la vie ardente incline vers le soir,
          Respire la jeunesse,
Le temps est court qui va de la vigne au pressoir,
          De l’aube au jour qui baisse;

Garde ton ame ouverte aux parfums d’alentours,
          Aux murmures de l’onde,
Aime l’effort, l’espoir, l’orgueil, aime l’amour,
          C’est la chose profonde;

Combien s’en sont allés de tous les coeurs vivants
Au séjour solitaire
Sans avoir bu le miel ni respiré le vent
          Des matins de la terre,

Combien s’en sont allés, qui, ce soir, sont pareils
          Aux racines des ronces,
Et qui n’ont pas goûter la vie où le soleil
          Se déploie et s’enfonce;

Ils n’ont pas répandu les essences et l’or
          Dont leurs mains étaient pleines,
Les voici maintenant dans cette ombre ou l’on dort
          Sans rêve et sans haleine;

- Toi, vis, sois innombrable à force de désirs,
          De frissons et d’extase,
Penche sur les chemins où l’homme doit servir
          Ton âme comme un vase,

Mêlée aux jeux des jours, presse contre ton sein
          La vie âpre et farouche;
Que la joie et l’amour chante comme un essaim
          D’abeilles sur ta bouche.

Et puis regarde fuir, sans regret ni tourment,
          Les rives infidèles,
Ayant donné ton coeur et ton consentement
          A la nuit éternelle …..

- Comtesse de Noailles -

dividers55.gif

Je t’ apporte, ce soir, comme offrande, ma joie D’ avoir plongé mon corps dans l’ or et dans la soie Du vent joyeux et franc et du soleil superbe;Mes pieds sont clairs d’ avoir marché parmi les herbes,Mes mains douces d’ avoir touché le coeur des fleurs,Mes yeux brillants d’ avoir soudain senti les pleurs

Naître, sourdre et monter, autour de mes prunelles,

Devant la terre en fête et sa force éternelle.

L’ espace entre ses bras de bougeante clarté,

Ivre et fervent et sanglotant, m’ a emporté,

Et j’ ai passé je ne sais où, très loin, là-bas,

Avec des cris captifs que délivraient mes pas.

Je t’ apporte la vie et la beauté des plaines;

respire-les sur moi à franche et bonne haleine,

Les origans ont caressé mes doigts, et l’ air

Et sa lumière et ses parfums sont dans ma chair.

- Émile Verhareren -

dividers55.gif

Patience …..

Si tu te sens perdu, rejeté, exclu
Si tu te sens attaqué sur tous les fronts
Patience !
 Car chaque nuit voit poindre son aurore
Et ceux qui aujourd’hui t’ignorent
Demain ne manqueront pas de t’entourer…
 
Si celle ou celui que tu aimes follement
Te semble tiède, sans ardeur, indifférent
Patience !
Car la roue tourne
Et toi même, avec le temps,
Devenu moins fervent
Tu verras l’autre à son tour
S’empresser vers toi…
 Si ton travail ne te convient guère
Si ta vie te semble insipide
Patience !
Fais confiance au temps
Fais confiance en ta bonne étoile
Un jour tu trouveras
Ta vocation véritable
Et tu pourras enfin
T’épanouir pleinement…
 Et n’oublie pas…
Patience et longueur de temps
Font plus que force ni que rage.
 

dividers55.gif

 

    Quand je pense à toi,
     je me dis
    que j’ai de la chance
     d’être avec toi,
     j’ai de la musique
     et du soleil
     plein la tête.
    J’ai juste envie
     de rire
     et de m’amuser,
     je respire le bonheur
     et la joie de vivre.
    Je ne sais pas
     ce que j’ai fait
     pour mériter
     un tel amour,
     mais ce que je sais,
     c’est que je veux
     que ça dure toute la vie !

    dividers55.gif

    C’est la bonne heure où la lampe s’allume C’est la bonne heure où la lampe s’allume :
    Tout est si calme et consolant, ce soir,
    Et le silence est tel, que l’on entendrait choir
    Des plumes.C’est la bonne heure où, doucement,
    S’en vient la bien-aimée,
    Comme la brise ou la fumée,
    Tout doucement, tout lentement.Elle ne dit rien d’abord – et je l’écoute ;
    Et son âme, que j’entends toute,
    Je la surprends luire et jaillir
    Et je la baise sur ses yeux.C’est la bonne heure où la lampe s’allume,
    Où les aveux
    De s’être aimés le jour durant,
    Du fond du coeur profond mais transparent,
    S’exhument.

    Et l’on se dit les simples choses :
    Le fruit qu’on a cueilli dans le jardin ;
    La fleur qui s’est ouverte,
    D’entre les mousses vertes ;
    Et la pensée éclose en des émois soudains,
    Au souvenir d’un mot de tendresse fanée
    Surpris au fond d’un vieux tiroir,
    Sur un billet de l’autre année.  

    - Émile Verhareren -

    dividers55.gif

    J’ai hâte …

    Je rêve de retrouver tes baisers,

    Je veux rire et t’aimer dans la douceur

    Tu hantes mes rêves et mes pensées.

    Si tu savais comme tu me manques

    Où est cet amour…

    qui nous reliait si fort

    que, même à distance,

    nous nous sentions

    à travers nos âmes.

    Où est cet amour

    qui enflammait nos courriels

    chacun à un bout de la terre

    ou tu m’envoyais des « Je t’aime! »

    Où est cet amour

    qui, encore aujourd’hui,

    nous relie chaque jour

    transperçant notre mur

    sans jamais le briser

    pour ne pas aimer

    et se laisser aimer.

    Voisins, associés et amis

    la vie nous a séparés

    mais toujours reliés

    encore et encore

    à distance des corps

    près de nos âmes.

    Où est cet amour

    que, seul dans l’alcool

    tu laisses vivre

    nous laissant nous aimer

    le temps d’une nuit

    le temps d’une brosse.

    Où est cet amour

    qui, le lendemain,

    n’existe plus

    que dans nos coeurs

    à nouveau refermés

    pour ne pas aimer

    et se laisser aimer…

    Il est pourtant là

    tout près

    mais nous n’osons

    nous y brûler encore…

    au risque d’être heureux

    dividers55.gif

    Jalousie

    Elle entre dans les trippes et les façonne, les turlupinent, les atrocent… ça fait mal.. pourtant c’est là, nous sommes tous humains et elle nous atrappe parfois au vol sans qu’on s’en rende compte… BING.. dans les trippes…se rodent, se meuvent, étouffent, essaient de s’en dépêtrer.. niet.

    Ça fait mal, ça tord par en-dedans…

    Puis la honte.. la honte d’être jalouse d’une autre personne qui n’existe même pas peut-être… jalouse d’un espace que l’autre a pour dialoguer, partager et grandir qu’on n’a pas.

    POURQUOI ?!

    La raison et le rationnel nous disent qu’il n’y a rien là de menaçant et que, de toute façon, il n’y a pas de raison d’être jalouse… et puis de toute façon nous ne sommes plus ensemble… vivre et laisser vivre… bien sûr !

    J’ai honte d’être jalouse. Avec tout le cheminement que j’ai fait, les quêtes et les réponses que j’ai reçues à mes questions sur moi-même, les enseignements qui m’ont permise d’être ce que je suis aujourd’hui… me revoici jalouse.

    Comme si je n’en avais pas le droit.

    Pas le droit d’aimer, de m’attacher à quelqu’un, d’aller au bout de mes sentiments toujours coupés, repoussés jusqu’à une limite où l’autre me garde pour ne pas entrer dans son univers. Par peur d’étouffer. Par peur de trop bouger par en-dedans.

    J’ai le droit d’aimer, de m’attacher, je le sais, mais on dirait que je ne sais pas comment le faire « de la bonne façon »… Y a-t-il une BONNE façon ?

    Continuer à vivre, à grandir, lâcher prise sur ces feelings de honte et simplement retrouver son être, soi-même… calme et serein, à la hauteur de ce qu’on se sent être.

    Comme l’impression de ne pas avoir de place pour vivre sur terre que seule…

    Dominique Jeannere

    dividers55.gif

    Bleu

    J’ai voyagé à travers le monde,
    ses mers et ses océans de bonheur
    et de déceptions…

    Du haut des nuages,
    je me fondais dans la perfection infinie
    d’un ciel bleu d’azur,
    là où aucune limite n’existe…
    Comme suspendue dans le ciel.

    Sur la mer, je me fondais
    dans l’horizon d’une extase spontanée,
    là où le ciel et l’eau se confondent
    dans le même bleu..

    Combien riche et pleine alors
    je me sentais,
    sans limites,
    seul le Bonheur d’Être m’habitait…

    Simplement,
    calme dans la tempête,
    harmonie d’un coeur
    aimant et aimé…
    le mien.

    Dans cette infinie beauté,
    le temps et l’espace n’existaient plus,
    les besoins se trouvaient tous comblés,
    comme par magie.
    La contemplation du bleu
    subitement faisait disparaître
    une réalité illusoire
    pour me faire entrer
    dans une réalité vraie…
    l’Ici et Maintenant.

    Tout en douceur,
    les flocons de neige tombent,
    comme des flocons d’ouate.

    Le soleil se lève et se couche
    sans soubresauts,

    L’eau de la rivière coule
    sans jamais savoir où elle va,
    heureuse, elle chante entre les cailloux.

    La lune veille sur nous chaque nuit,
    bienveillante.

    Aujourd’hui,
    je voyage entre le ciel et la mer de mon coeur
    et j’oublie encore parfois de contempler
    la beauté et la douceur de cette vie
    d’infinie beauté si précieuse
    qui m’a été donnée…

    Je ne vois parfois que les cailloux
    qui sondent le fond de ma rivière,
    plutôt que son eau limpide et bleue
    qui coule sans s’arrêter
    vers un océan de bonheur…

    Cet océan,
    nous le désirons tous.
    Il est là, simplement,
    se confondant à l’horizon
    avec le bleu du ciel.

    Cet océan vers lequel nous allons tous,
    parfois seul,
    parfois main dans la main
    avec l’être aimé
    qui partage ce devenir…

    Toujours ensemble,
    éternellement séparés.

    Dominique Jeanneret

    dividers55.gif

    Amour insolent

    Amour insolent

    Amour impotent

    Amour d’un jour

    Ou d’une vie

    Ne pas savoir

    Se questionner

    Se raisonner

    Désirer

    Aimer

    Ne pas aimer

    Pourtant…

    Amour omniprésent

    Amour absent

    Dessiner dans ses rêves

    Le plus beau des destins

    Imaginer dans ses yeux

    L’ardeur d’un regard

    Et le voir

    Et l’aimer

    Amour d’un jour

    Amour d’une vie

    Je t’aime !…

    … Chût !… pas si fort !

    Dominique Jeanneret

    dividers55.gif

    Mets la musique….

    La musique démarre…
    Confortablement assis…
    Les yeux fermés…
     
    Les vibrations entrent…
    Laisser entrer..
    Laisser couler…
     
    La sensualité de la musique s’engouffre doucement…
    Allégeant le cœur de ses douleurs…
    Libérant le corps de ses raideurs…
    Rires aux larmes, larmes aux rires….
    Une émotion de bien-être monte…
    Laisser entrer, savourer…
     
    Le corps se met à vibrer…
    À bouger sur la chaise…
    Laisser le corps s’envahir…
    Se remplir de ces vibrations
    Qui le font bouger tout seul…
     
    Le corps bouge… se lève…
    Les jambes vibrent et remuent…
    Les bras commencent à vouloir être des ailes
    Le cœur veut danser… doucement…
    Jusqu’au bout des doigts…
    du crâne, du nez, des pieds, du sexe…
    La musique a envahit l’âme…
    Laisser la musique mener le corps et le cœur et…….
     
    Danser…
     
    Savourer….
     
    Chanter..
     
    Aimer ce moment…
     
    Précieux….
     
    Qui peut se renouveler autant de fois qu’on le désirera…
     
    Comme si on faisait l’amour…
     
    Avec soi-même…..

    Dominique Jeanneret.

    dividers55.gif

    Les relations

    L’amour vu de loin est
    comme un diamant
    mais quand on l’approche
    c’est la brillance des larmes
    de joie que l’on voit briller
    dans ses yeux…

    Je n’ai pas de limites dans ma vie, je n’en ai jamais voulues, je déteste l’autorité que des gens voudraient m’imposer. Mais des blocages dus à certaines choses qui m’empêchaient de vivre cette aventure merveilleuse (d’une vie sans barrières comme je l’ai toujours fait, dans la limite de mes possibilités) sont encore présents et j’ai toujours voulu m’en débarrasser, ce qui a fait que j’ai toujours avancé, suivant mon intuition et vivant avant tout ce que je veux et non ce que les autres veulent de moi.

    L’aventure d’une vie sans limites où rien ne peut m’arrêter dans la découverte de l’amour… Chaque jour, je reçois plus l’amitié et la tendresse des gens qui m’entourent et qui m’aiment. C’est à travers l’amitié reçue vraiment que je m’ouvre à l’amour…

    J’ai sombré profond à l’intérieur de moi il y a 18 ans, je suis remontée à la surface beaucoup plus forte et riche intérieurement, mais d’aussi loin que je me souvienne, je me suis toujours sentie « différente  » car, sans être rebelle, je suis anti-comformiste…

    Des situations m’ont confirmé ce que je sentais depuis quelques temps, en regardant vivre des couples d’amis, ensemble depuis 12 ans, 24 ans, 17 ans… L’amour entre deux êtres crée une dépendance, eh oui, on ne peut être ensemble sans être attachés l’un à l’autre, sans avoir besoin et envie que l’autre soit toujours là, sans avoir confiance en l’amour qu’on porte à l’autre et confiance en son amour pour nous.

    On ne peut vivre une relation sans y être engagé, l’amour est quelque chose qu’on partage et qu’on échange, on ne peut pas être en amour sans être attaché à l’autre… Mais où on se respecte, pas où on se bouffe mutuellement, une dépendance saine, pas la  » dépendance affective  » qui ronge à petit feu une relation…

    S’engager dans une relation, pour moi, c’est s’engager à être toujours intègre face à soi et à l’autre, à ne pas fuir, à prendre la vie comme elle vient et toujours faire en sorte que l’autre soit heureux… donner et recevoir puisque, en désirant que l’autre soit bien, on se reflète notre volonté de l’être aussi soi-même afin que l’harmonie des coeurs soit toujours présente, la paix dans l’amour inconditionnel…. libre avec soi-même de vivre ce que l’on veut dans le respect total et l’amour inconditionnel pour et de l’autre.

    C’est ainsi que je conçois l’amour, en s’engageant avec une personne qu’on aime, on s’engage encore plus envers soi-même à ne plus se cacher ni fuir ses propres émotions, ses propres feelings et guérisons. Et on est tellement heureux de ne plus être seul pour vivre tout ça qu’on fait confiance en l’autre lorsque vient le temps de faire des guérisons, qu’on fait alors ensemble. Confiance en soi, confiance en l’autre.

    Je n’y peux rien, je dérange, mais je ne peux pas stagner, il me faut toujours aller de l’avant, découvrir, partir à l’aventure, donner, recevoir, apprendre, aimer… c’est ça la passion de la vie pour moi. On a toujours besoin de soutien quand on fait les sauts d’ange dans le vide de l’inconnu, pour ne pas déraper et que nos contrôles mentaux ne viennent pas intercepter le travail, pour s’ouvrir pleinement et sauter vraiment dans le vide, dans l’amour de nous-mêmes, dans la VIE… savoir demander, savoir recevoir…

    Moi comme n’importe qui, j’ai besoin de soutien parfois, simplement.

    Avoir des enfants, pour moi, c’est se permettre de se dépasser pour leur apporter le meilleur de nous-mêmes, ne pas leur inculquer de limites mais le goût de la LIBERTÉ et la PASSION de la VIE. Et ce n’est qu’en le vivant soi-même qu’on peut leur apporter tout ça. Ce qui compte est de NE JAMAIS LÂCHER NOS RÊVES et de toujours suivre notre coeur.

    J’ai toujours cru au grand amour car je sais qu’il existe, je le vois chez mes amis… autour de moi, de plus en plus… C’est à travers l’amitié et le partage qu’on va vers l’amour… J’aime taquiner, rire, danser, m’amuser autant que les longues soirées à partager des émotions, des feelings, des avis, nos intérêts communs ou simplement de la tendresse…

    Un jour… le Bonheur est là, devant nous, il n’en tient qu’à chacun de nous de le prendre…

    Dominique Jeanneret

    dividers55.gif

    S’abandonner…?!

    À la vie !

    Ben oui… facile à dire..

    Tripper, s’amuser, être libre de ses gestes, de ses mots, sans peur du ridicule, du rejet, de l’abandon…

    Abandon… à double sens alors ?!

    J’ai été «abandonnée» jeune, j’ai peur qu’on m’abandonne… et je finis toujours mes relations avec le sentiment de rejet et d’abandon, doublés de la culpabilité de ne pas avoir été «correcte» parce que je n’ai pas «su» aimer.

    Comme disait le sage: on attire toujours ce dont on a peur.

    Peur ?

    De quoi ?

    De l’amour pardi…

    Ben voyons…!!!

    Regardez : exemple typique…

    J’ai un partenaire extraordinaire, je suis en amour par-dessus les yeux, je pense que je fais tout pour être «correcte» …   et voilà que j’en fait trop et / ou pas assez pour l’autre… Mais comment pourrais-je donner ce que je n’ai pas reçu, de un, et de deux… comment essayer de donner ce que j’aimerais tant sans avoir peur d’être maladroite et ridicule ?

    Cercle vicieux…

    Peur de donner, peur de recevoir, peur du ridicule qui mènerait à l’abandon… et me voici à nouveau «délaissée» parce que je n’ai pas été «correcte»….

    Sur le coup, je ne comprends pas… qu’ai-je fait, dit (ou pas fait, pas dit ?) pour que j’en arrive encore là ?

    Je ne me suis pas abandonnée à moi-même, à mon coeur… et j’ai inconsciemment saboté ma relation. Est-ce juste ça ?

    Non…

    Enfance violentée physiquement et psychologiquement, manque total d’affection physique, de tendresse dans sa jeunesse, ont fait que la petite fille dans la femme n’a pas pu grandir… elle est encore la petite fille qui recherche cette affection, cette confiance en ses parents, à travers celui qu’elle aime aujourd’hui, mais elle ne l’aura jamais que par elle-même…

    Mais jamais elle ne pourra retrouver cet amour inconditionnel de ses parents à travers un amoureux.

    Acceptation…

    Deuil…

    Pardon…

    D’un passé difficile, sans amour exprimé, d’émotions réprimées…

    Pour s’ouvrir à la Vie, à l’Amour, à l’Abandon de soi…

    Le chemin n’est pas facile mais la prise de conscience de cet état, la compréhension de cette situation est déjà 50% du chemin vers la guérison…

    Dominique Jeanneret

    dividers55.gif

    Comme deux enfants perdus

    La vie un jour nous a réunis
    Par l’amour
    Puis elle nous a séparés
    Par amour
    Nous nous sommes retrouvés un jour
    Dans l’amour
    Nous nous sommes déchirés souvent
    L’amour dans le coeur
    Le coeur déchiré
    De pas pouvoir aimer

    Nous nous sommes trouvés
    Comme deux enfants perdus
    Dans l’univers
    D’un amour éternel et infini
    À la recherche de l’autre
    À la recherche de soi
    À la recherche de l’amour perdu
    Jamais trouvé
    Jamais reçu
    Tel que nous l’avions
    Tant désiré

    Nous en rêvions
    De cet amour pur et simple
    Nous y croyions
    Nous l’avons connu ensemble
    Mais incapables de le vivre
    Ensemble
    Nos chemins se sont séparés
    Pour toujours nous retrouver
    Ensemble mais
    Éternellement séparés

    Le passé a ressurgi
    Déchirant cet amour
    Que nous avions trouvé
    À travers nos êtres
    Dans la rencontre de nos deux âmes
    Ce passé froid et tendre
    Dur mais doux
    À travers lequel
    Nous avions cherché toujours
    L’amour

    Nous l’avons trouvé
    Cet amour
    Mais les séquelles du temps
    Ont ressurgi et
    Les orphelins de l’amour
    Restaient encore orphelins
    Dans la solitude
    De ne pouvoir attrapper
    La clé de cet amour
    Qui ne nous a pas été donné

    Sans famille
    Sans amour
    Enfance perdue
    Pour deux enfants perdus
    Dans un univers étranger
    Au coeur chiffonné
    De ne pas avoir reçu
    Ce que tout être désire
    Mais la vie nous montre
    Chaque jour
    Comment découvrir
    Ces sentiments profonds
    Qui sont au coeur de notre vie

    Nous essayons d’atteindre
    Chaque jour plus
    La lumière de notre vie
    Là où règne la paix
    Le calme et la simplicité
    Là où seul l’amour est roi
    Mais les embâcles de
    Notre enfance
    Parfois brimaient nos élans
    Pour nous retrouver seuls

    Solitude âpre
    Amour âcre
    Liberté éventée
    Amour à réinventer
    Comme deux papillons
    Au son d’une musique
    Sortent de leur cocon
    Les chenilles ont grandi
    Et vont maintenant tisser
    Le fil de leur vie

    Le passé est passé
    Les gens qui ont créé notre passé
    Sans nous permettre
    De découvrir la joie en nous
    S’étirent petit à petit
    De notre vie
    La solitude qui reste
    Est celle de notre liberté
    Notre liberté
    D’Être et d’Aimer….

    Un jour
    Nous ne nous sentirons plus seuls
    Car nous aurons trouvé
    Un autre étranger
    Qui partagera notre solitude
    Dans la liberté
    Dans la compréhension de
    Ces sentiments
    De notre passé
    Et saura nous faire oublier

    Et pour toujours
    Aimer…

    dividers55.gif

123456

Les terres arides de l'isol... |
L'anatra littéraire |
Les amis d'Athéna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONCOURS LITTERAIRES 17
| Dans l'ombre des étoiles
| Solédane dans ses rêves et ...