Archive pour 22 avril, 2007

L’espoir

gwyndolceriposo.jpg

« Tant que je respire, j’espère »

Il est de ces matins frais
Qui embaument, laissant présager
La tiédeur d’un printemps timide,
La chaleur d’un été torride,
La beauté d’un automne chamarré.
Dans ces présages réside l’espoir !

Lorsque du fond de son lit
Le malade parvient à sourire,
Oubliant ses souffrances
Il partage, l’espace d’un instant
Le bonheur, la vie d’autrui.
Dans cette lutte réside l’espoir !

Prisonnier, otage ou captif
Tombé aux mains de l’ennemi,
Il décuplera esprit, force et volonté
Pour parvenir de son trou à s’évader.
Dans cette rage de vivre réside l’espoir !

Penché sur sa paillasse de laboratoire
Manipulant ses instruments sans relâche,
Le chercheur étudie, essaie, note, compare
S’évertuant à combattre le mal
Pour enfin imposer une victoire !
Dans ce combat sur la mort réside l’espoir !

Assis, au bord du chemin de la vie
La nature, le calme nous invitent
Aux partages de ces instants sublimes.
Quels qu’en soient les raisons, les motifs
Dès lors que ce long fleuve tranquille
S’agite, notre esprit faisant corps réagit
Luttant contre la tourmente, le souci.

« Tant que je respire, j’espère ».
Nadine VISTE

Nos larmes

medium15191656333565larmeh135354l.jpg

Nos larmes,
Ne sont que quelques gouttes d’eau
Qu’on n’a pas su apprivoiser
Ne sont que quelques gouttes en trop
S’unissant dans une crue salée.
Pour qu’on ne puisse pas s’en cacher
Elles savent nous incendier les yeux
Pour qu’on ne puisse pas les renier
Sur nos joues perdurent leur feu…

Nos larmes,
Elles font de nous des non-voyants
Pour soulager nos yeux en pleurs,
Nous redonnant cet air d’enfant
Qu’on cherche à perdre au « chant d’honneur » :
Ne pas ressentir l’impuissance
Quand lentement on sent couler
Ce sel de honte et de souffrance
Aimant nous faire mal à crever !

Nos larmes,
Sont des élixirs d’eau souillée
Qui ruisselant depuis tout temps
Libèrent nos corps trop abîmés
Pour garder du mal en dedans…
Elles laissent un parfum douloureux
De ces souvenirs mal enterrés
Un sentiment de cœur houleux
Un marque page sur le passé…

Mes larmes,
Ne sont que quelques gouttes de toi
Qu’il m’est défendu de garder
Elles qui te répètent tout bas
Combien qu’il te faut m’oublier.
Malgré leurs lueurs de sagesse
Je me surprends rêvant de toi
M’enveloppant de ta tendresse
Malgré l’anneau d’or à ton doigt…

Mes larmes,
Elles qui préfèrent se suicider
Pour ne plus rester dans mon corps
Choisissent le plongeon à jamais
Pour voir comment c’est au dehors :
Sentir sur elles l’air qui fait vivre
L’air que t’empruntes en respirant
L’air qui a connu la route ivre
De tes poumons et de ton sang.

Tes larmes,
J’aimerais seulement les approcher,
Savoir si nous pourrions un jour
Partager cœur, intimité
Chaleur et passion tour à tour…
T’écouter me dire des mots doux
Oublier que tu es aimé
Nous persuader qu’il n’y a que nous
Pour qu’enfin cessent de couler…

Cécile VENEAU

Au nom de la Rose

zqstesr.gif

Je vis le jour dans un parc magnifique
Aux couleurs arc-en-ciel
Et aux senteurs multiples.
Alors que mes compagnes éclosent en une nuit,
Ma métamorphose fut plus longue, plus subtile.
D’abord petit épis, je grossis en bouton,
Protégée d’un corset
Je pointe mon petit nez : échantillon.
A ce stade, personne ne peut prédire :
Elle sera jaune, rouge, noire, couleur iris.
Car j’ai le don de me faire désirer.
Rose de trémière, tagète, ellébore ou musquée ?
Je suis les caprices de dame Nature
Pour oser un léger découvert puis un total nu.
Voilà, je suis éclose
Et je sais que tous les regards
Seront pour moi à m’en faire rougir sans égard.
Je ne sais pas encore que
Celle qui m’a fait naître
Peut, selon son bon vouloir,
Me détruire, me faire disparaît
Alors que le temps passe,
Que je me sens vieillir,
Une question me tourmente :
Que vais-je devenir ?
Nizeré, rossolis ou rosat
Essence, confiture, huile ou ratafia ?
Peu importe je reste très utile.
Je sers la beauté
Mais aussi les palais,
Ce qui n’est pas futile,
Et je me sens comblée,
Tout à fait rassurée.

(Primé le 7 juin 2003 par le CCE d’Abbeville – Somme)
Nadine VISTE

Les terres arides de l'isol... |
L'anatra littéraire |
Les amis d'Athéna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONCOURS LITTERAIRES 17
| Dans l'ombre des étoiles
| Solédane dans ses rêves et ...