Immortel

ada171006pl5.gif

J’ai cru pendant longtemps que j’étais immortelle
Oh bien sûr je savais que je ne l’étais pas
Mais souvent le savoir s’efface sous la foi
Puis enfin la mort d’autrui nous concerne-t-elle

Ma force mon ardeur et ma sève étaient telles
Qu’elles semblaient toujours les mêmes à chaque fois
Que venait le printemps, c’était trompeur ma foi
Car je sais maintenant que seule est éternelle

L’alternance de la vie avec le trépas
La mort qui paraissait échéance improbable
Me tombera un jour comme à tous sur le râble

Il s’agit jusqu’au jour où elle me rattrape
A peu près de vieillir en limitant la casse
Après quoi rien sinon la regarder en face.

Maryse GEVAUDAN

 


Répondre

Les terres arides de l'isol... |
L'anatra littéraire |
Les amis d'Athéna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONCOURS LITTERAIRES 17
| Dans l'ombre des étoiles
| Solédane dans ses rêves et ...