Hymne au Vin

fsx1bcawe8yh3cawbmb18ca50js0kca1oqjw1caaibhtbca0u7mpfcabz8nj9ca8btiy2cao9ajvgcamcmzugca2crhehca8r3o20caupi0cvca9m7whuca88r462casl89uqca16gb8kcavtt3m2cak52zot.jpg

Je te célèbre, divin
Vin
Qu’ample verse l’échanson !
Chanson
Libre coulant dans les verres
Vers
Nos rêves aux lèvres assoiffées !
Fée
Tu es, ô sombre liqueur,
Cœur
Brillant des rouges flambeaux
Beaux
Feux de l’ivresse adorée !
D’or et
De pourpre au rubis mêlés,
Mets-les
En nos jours froids tes chaleurs,
Leurs
Flammes et tes riches velours
Lourds !
Tisses aux soirs noirs ton brocart
Car
Les splendeurs que tu dispenses
Pansent
Nos plaies vivaces du temps
Tant
Prodigue du laid souci
Si
Mornement désespérant !
Rends
Nous l’ivre-vie souveraine,
Reine
Ambroisie, Trésor, Merveille
Vermeille !

Maryse GEVAUDAN

 


Répondre

Les terres arides de l'isol... |
L'anatra littéraire |
Les amis d'Athéna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONCOURS LITTERAIRES 17
| Dans l'ombre des étoiles
| Solédane dans ses rêves et ...