Archive pour 1 mai, 2007

Vision

mediumprince.jpg

Par-delà l’horizon limité du réel,
Je sais des mondes beaux, lumineux, éternels,
Où l’esprit, affranchi de son carcan charnel,
Rejoint enfin la paix du calme originel.

Je les ai quelquefois contemplés en sommeil
Ces mondes inconnus et pourtant familiers,
Disparus en éclair dans l’éclat du réveil
Qui voilait leur splendeurs à mon âme liée.

Encore un jour nouveau me saisit en ses rets
Trompeurs, me captive enchaînée par les attraits
Flatteurs de l’existence factice. Ô douleur
De vivre ce jour-là quand on en sait l’erreur !

Mais ce jour, il est là… Il impose sa loi !

Déjà mes yeux ouverts sur un matin banal
Achèvent d’abolir les visions de la nuit.
A nouveau je suis prise au quotidien fatal
Et l’immortalité, loin de moi, s’est enfuie…

Maryse GEVAUDAN

Un cœur blessé

302570810.jpg

Je t’ai offert mon cœur par amour

Je te l’ai offert, brut sans détour
Je te l’ai donné nuits et jours
Afin qu’il brille pour toujours
Et batte tel un gai et vif tambour

Je t’ai offert mon cœur par amour

Je l’ai déposé confiante à tes pieds
Pourquoi sans une seule once de pitié
T’amuses tu sans raison à le piétiner ?
Alors qu’il ne devait que te bercer.

Je t’ai offert mon cœur par amour

Je ne t’ai rien dérobé caché ou voilé
Je t’ai mes forces et faiblesses dévoilées
Je t’ai donné le bien le plus recherché
Un coeur vrai, avec sa beauté et ses péchés

Je t’ai offert mon cœur par amour

Je te l’ai donné en toute confiance
J’ai su souvent écouter tes confidences
Je les ai cherchées pour la transparence
Afin de te connaître au delà des apparences

Je t’ai offert mon cœur par amour

J’ai cru qu’un sentiment noble et gracieux
Etait soudain descendu de par les cieux
Qu’il serait à jamais bercé par les Dieux
Puisqu’il me paraissait ô combien précieux

Je t’ai offert mon cœur par amour

Qu’en as-tu fait, mon vil amour ?
Le doute y a, maintenant, vu le jour
Pourvu qu’i n’y soit pas toujours
Qu’il retrouve sa pureté, ses atours

Je t’ai offert mon cœur par amour

Quelle tristesse mon tendre amour
Le tien, j’aurais protégé des vautours
Afin que dure toujours, ce bel amour
Auquel j’ai tant cru au fil des jours

Je t’ai offert mon cœur par amour

Peut être, tu vois combien je suis stupide
Tu comprendras que rien en cela n’est turpide
Mais au contraire, c’est une promesse rapide
Vraie, authentique, tendre, douce et limpide.

Je t’ai offert mon cœur par amour

Isabelle CASSOU

Les terres arides de l'isol... |
L'anatra littéraire |
Les amis d'Athéna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONCOURS LITTERAIRES 17
| Dans l'ombre des étoiles
| Solédane dans ses rêves et ...