Archive pour juillet, 2007

L’amour dit à l’amitié.

 

 

amour20rencontre20amitic3a9s.jpg

L’arrache coeur .

mediummuse.jpg

 

Encore une fois
je me suis plantée jusqu’au coeur
pour gratter vos racines
et déployer soigneusement
jusqu’aux radicelles les plus tendres.

Nous avons bêché
ensemble
canaux et canalicules souterrains
qui puisent la vie
jusqu’au plus profond de l’univers
et surgissent
à la lumière.

Ensemble
nous avons suturé
chaque blessure rouverte
et poli délicatement
chaque cicatrice boursouflée.

Maintenant
que vous êtes adepte
des terres fertiles,
maintenant qu’agilement
vous traversez noeuds et torrents
maintenant que souple
vous rebondissez
sur les galaxies de vos rêves

maintenant
que vous êtes implanté

je m’arrache le coeur.

À chaque arrachée
de ces heureuses transplantations
j’égrène
un chapelet de vieilles larmes
molles.
Au creux de chacune
sommeillent
peines et parcelles de coeur
toutes échappées aux grands vents
innocemment,
jadis,
quand je ne savais pas pleurer.

Michelle Larivey

Je voudrais, si ma vie était encore à faire.

 

barre33.gif

I

Je voudrais, si ma vie était encore à faire,
Qu’une femme très calme habitât avec moi,
Plus jeune de dix ans, qui portât sans émoi
La moitié d’une vie au fond plutôt sévère.

Notre coeur à tous deux, dans ce château de verre,
Notre regard commun, franchise et bonne foi,
Un et double, dirait comme en soi-même : Voi !
Et répondrait comme à soi-même : Persévère !

Elle se tiendrait à sa place, mienne aussi,
Nous serions en ceci le couple réussi
Que l’inégalité, parbleu ! des caractères

Ne saurait empêcher l’équilibre qu’il faut,
Ce point étant compris d’esprits en somme austères
Qu’au fond et qu’en tout cas l’indulgence prévaut.

barre33.gif

II

L’indulgence qui n’est pas de l’indifférence
Et qui n’est pas non plus de la faiblesse, ni
De la paresse pour un devoir défini,
Monitoire au plaisir, bénin à la souffrance.

Non plus le scepticisme et ni préjugé rance
Et ni la chair honnie et ni l’ennui banni,
Mais grand’délicatesse et bel accord béni,
Toute mansuétude et comme vieille France.

Nous serions une mer en deux fleuves puissants
Où le Bonheur et le Malheur, têtes de flotte,
Nous passeraient sans heurts, montés par le Bon Sens,

Ubiquiste équipage, ubiquiste pilote,
Ubiquiste amiral sous ton sûr pavillon,
Amitié, non plus sous le vôtre, Amour brouillon.

barre33.gif

III

L’amitié ! Mais entre homme et femme elle est divine
Elle n’empêche rien, aussi bien, des rapports
Nécessaires, et sous les mieux séants dehors
Abrite les secrets aimables qu’on devine.

Nous mettrions chacun du nôtre, elle très fine,
Moi plus naïf, et bien réglés en chers efforts,
Lesdits rapports dès lors si joyeux sans remords
Dans la simplesse ovine et la raison bovine.

Si le bonheur était d’ici, ce le serait !
Puis nous nous en irions sans l’ombre d’un regret,
La conscience en paix et de l’espoir plein l’âme,

Comme les bons époux d’il n’y a pas longtemps,
Quand l’un et l’autre d’être heureux étaient contents
Qui vivaient, sans le trop chanter, l’épithalame.

Paul VERLAINE (1844-1896) 
(Recueil : Bonheur)
barre33.gif

12

Les terres arides de l'isol... |
L'anatra littéraire |
Les amis d'Athéna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONCOURS LITTERAIRES 17
| Dans l'ombre des étoiles
| Solédane dans ses rêves et ...