Vague de vent.

37jpqxmb.jpg

Plus vives que la course du vent sur l’herbe
Comme un jet de lumière entre deux planètes
Mes pensées se construisent de ton image
Dans les creux du souvenir du vague à l’âme.

Mon temps s’est arrêté aux tendres minutes
Des caresses promises pour éternité
Et rien plus jamais ne saura le remonter
Au retour bonheur que le désir chahute.

Il y a toi et le fond du manque absolu
Comme un rêve imaginé de ses stigmates
Au bord des doutes et des absences voulues
Mon coeur bat le rythme sec d’un automate.

Les herbes se couchent sous le souffle du vent
Qui rit du bon tour qu’il joue au paysage
Je regarde les ondes courir en rêvant
Et dessine encore et encore ton visage.
Jean-Marc BUTTIN

 


2 commentaires

  1. abdelkader dit :

    la gloire en se consiste pas de ne jamais tombe mais se mettre chauqe debout quan as tomber

  2. abdelkader dit :

    Etre disponible, chaque fois que c’est possible.
    Donner ce que l’on peut, sans attendre un retour.
    Chasser l’indifférence, garder un coeur sensible,
    Quand il faut choisir, le faire avec amour?

    Dire la vérité, lorsqu’on sait qu’on la doit.
    Connaître le prix des larmes, calmer une âme stressée,
    Soutenir ses voisins lorsqu’ils n’ont plus d’emploi !
    Garder un coeur tout neuf, même quand il est usé?

    Aimer :

    c’est un bouton de rose
    Fragile et parfumé,
    Que de toucher on n’ose,
    De peur de l’abîmer.

    Une chevelure d’ange
    Dans une robe de velours
    Fragile et sans défense
    Qui a grandi un jour

    Aimer :

    c’est un parfum de femme,
    Une créature de rêve ,
    Un regard qui enflamme,
    Une voix qui vous pénètre !

    Un besoin de caresses,
    Un monde de douceur,
    Une soif de tendresse
    Que partage l’âme soeur,

    Avant que la vieillesse
    Ne soit au rendez-vous
    Montrez votre tendresse
    A chaque instant du jour

    Aimer :

    c’est chanter et danser
    Respirer et sentir,
    Enlacer et bercer
    Oublier de maudire

    Voir un coucher de soleil
    Entendre le bruit des flots
    Voir planer dans le ciel
    Les oiseaux tout là-haut

    Grimper sur la montagne
    Et se rouler dans l’herbe
    Sentir dans nos campagnes
    L’odeur fraîche de la terre

    Aimer :

    C’est protéger la vie
    Vivre l’un pour l’autre
    Partager : joies, soucis
    Se battre côte à côte

Répondre

Les terres arides de l'isol... |
L'anatra littéraire |
Les amis d'Athéna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONCOURS LITTERAIRES 17
| Dans l'ombre des étoiles
| Solédane dans ses rêves et ...