Archive pour 12 septembre, 2007

Je pense.

img2614.jpg

 La nuit glisse doucement
les yeux ouverts
je ne dors pas.
Loin du bruit du jour
et des milliers de pensées diverses
qui viennent de chacune, de chacun,
libre comme une chenille devenue papillon,
je pense, je pense, je pense.
Je redécouvre cette incroyable faculté
que la liberté de penser,
sans ressentir les contraintes, les influences
émises par les pensées des hommes
qui dorment en cet instant.
Je me sens comme dans un désert,
épargné de tous les tracas
de tous les transferts que peuvent
effectuer, les proches, les éloignés.
Dans le silence éternel de la nuit
proche de l’Univers qui m’écoute
qui pense mes pensées
je me retrouve moi-même
libre comme une chenille devenue papillon.
Je pense, je pense, je pense,
je communie avec l’infini,
je suis l’infini qui naît
et renaît sans cesse.
Je suis la vague qui monte,
qui descend, puis remonte sans cesse,
sans cesse, sans cesse, sans cesse,
je pense, je pense, je pense,
je redécouvre l’incroyable faculté
de la liberté de penser
que nous enterrons chaque jour
dans un fatras inutile
de paroles, d’informations, de mensonges.
Nous nous leurrons, nous nous influençons,
nous nous faisons peur, nous n’avons plus de foi.
Nous sommes des morts vivants
qui confondent l’Etre et le Paraître,
qui mélangent Paroles de Vie
et amoncellement de bavardages.
Nous nous forçons à croire
que nous sommes quelqu’un,
nous voulons sans cesse avoir raison
et l’autre tort, ignorant
que la vie c’est la différence,
le dialogue, la communication, l’échange,
que la vie réelle c’est l’acceptation
en l’autre, en tous les autres,
acceptation mais pas résignation.
C’est ainsi que s’apaisent les bleus de l’âme,
cette âme assoiffée de lignes d’horizons,
de profondeurs de ciels bleus,
des longues étendues de prairies et vallées.
Cette âme qui à tire d’ailes
nous permet quand glisse la nuit,
dans le silence éternel de la voûte céleste
de nous retrouver, de nous redécouvrir
afin de pouvoir se dire à soi-même,
je pense, je pense, je pense…..

Bernard HAUDUC Trébeurden – 13.08.1999

Les terres arides de l'isol... |
L'anatra littéraire |
Les amis d'Athéna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONCOURS LITTERAIRES 17
| Dans l'ombre des étoiles
| Solédane dans ses rêves et ...