Son retour.

Hélas ! Je devrais le haïr !
Il m’ a rendu le mal de l’ âme,
ce mal plein de pleurs et de flamme,
si triste, si lent à guérir !
Hélas ! Je devrais le haïr.
Il m’ a rapporté ce tourment
qu’ avait assoupi son absence :
dans le charme de sa présence,
dans mon nom, qu’ il dit tristement,
il m’ a rapporté ce tourment.
Dans le baiser pur du retour
lorsque son âme m’ a cherchée,
la mienne en vain s’ était cachée :
la mienne a reconnu l’ amour
sous le baiser pur du retour.
Il dit qu’ il ne s’ en ira plus :
quelle frayeur dans cette joie !
Vous voulez que je le revoie,
mon Dieu ! Nous sommes donc perdus :
il dit qu’ il ne s’ en ira plus !

Marceline DESBORDE-VALMORE

 


Répondre

Les terres arides de l'isol... |
L'anatra littéraire |
Les amis d'Athéna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONCOURS LITTERAIRES 17
| Dans l'ombre des étoiles
| Solédane dans ses rêves et ...