Le coeur en peine.

j’ai le coeur dans l’eau
il nage à l’envers
elle pleure et pleure la rivière

j’ai l’âme qui n’en finit pas de gémir
elle crée le vide autour d’elle et fait fuir
certains que je croyais être des amis

j’ai le cerveau à la dérive
il déraille parfois dans la folie
il faudrait l’enfermer à double tour

j’ai mal aux os et au dos
je suis tout courbaturé
jamais plus je ne plierai l’échine

j’ai les yeux qui n’y voient guère
la cascade tombe en cataracte
je ne pourrai partir à la guerre

j’ai mal à ma peine
celle des autres me chagrine
je sanglote tout mon soûl

j’ai le coeur qui se lamente
j’ai l’âme en souffrance
je n’en finis plus de geindre

alors je ferme les volets
je soigne mes blessures
je souffre en silence
au moins personne ne le sait
les êtres sensibles ne peuvent pas
s’apitoyer sur mon sort

ainsi voit-on que dans l’ignorance
on vit toujours plus heureux
parmi ceux que l’on côtoie
car quand on se ferme les yeux
on ignore qu’ils sont malheureux

Yves Brillon

 


Répondre

Les terres arides de l'isol... |
L'anatra littéraire |
Les amis d'Athéna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONCOURS LITTERAIRES 17
| Dans l'ombre des étoiles
| Solédane dans ses rêves et ...