Archive pour 8 mars, 2008

L’adieu.

J’ai cueilli ce brin de bruyère
L’automne est morte souviens-t’en
Nous ne nous verrons plus sur terre
Odeur du temps brin de bruyère
Et souviens-toi que je t’attends

Guillaume Apollinaire

-Alcools-

Dialogue, l’amour dans le temps.

- Ne va pas tout changer pour cet amour de moi,
C’est vrai le temps avance autant que mon émoi ;
Je ne suis qu’innocente et souvent j’interprète,
Moi juste adolescente et tu es le poète.

- Je t’aime en cet instant, qui peut dire demain ?
Je t’aime oui vraiment et viens prendre ma main ;
Ce n’est pas de passion, non aujourd’hui pas trop,
Demain nous le serons, la nuit vient au galop.

- Mes amours passées étaient nées de tendresse,
J’ai su te l’avouer, j’adore tes caresses ;
L’amour en notre temps change selon les êtres,
On y joue mais parfois jusqu’à y disparaître.

- Si je t’aime en riant, je t’aime tout le temps,
Je t’aime comme ça, et je t’aime vraiment.
Hier oui je t’aimais et dans deux jours qui sait ?
Peut-on crier « toujours », qui peut dire « jamais » ?

- Je veux croire pourtant que ce sera « toujours »,
Et je veux que la vie naisse de nos amours.

Transcrit le 14 Février 2003

Charly LELLOUCHE

Les terres arides de l'isol... |
L'anatra littéraire |
Les amis d'Athéna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONCOURS LITTERAIRES 17
| Dans l'ombre des étoiles
| Solédane dans ses rêves et ...