Archive pour 11 mars, 2008

PIANO.

Mon amour, j’ai fait pour toi
une chanson sur trois notes.
Je la joue avec un doigt.
Mets-toi là. Ecoute-là.
Si tu la trouves trop sotte,
tu me le diras, voilà.

J’aime une petite étrangement belle.
 » Pourquoi, me dit-elle, êtes-vous jaloux?
Cela se voit bien que je suis fidèle
et n’aime que vous!

Ne plus vous aimer? Mais c’est impossible!
Vous me paraissez, au milieu des gens,
tellement plus fin, plus doux, plus sensible,
plus intelligent!

N’ayez donc pas peur, méchant que vous êtes!
Je n’aime que vous. Je ne suis qu’à vous.
C’est très laid, monsieur, de faire le bête
et d’être jaloux! « 

C’est vrai. Je la sens à moi toute entière.
Son coeur n’est pas faible et n’est pas hardi.
Elle est très fidèle. Elle est très sincère…
Mais moi je me dis

qu’à coup sûr, ailleurs, un autre homme existe,
plus parfait que moi, qui viendra vers nous,
qu’il sera joyeux quand je serai triste,
et qu’elle a du goût.

Et je suis jaloux, et je m’inquiète,
et je perds la tête, et j’ai le coeur gros…

Voila la chanson que je vous ai faite,
mon petit oiseau.

Paul GERALDY.

Merci à vous.

 

 

rougecall.gif

Je veille…

 

 

 

cadrerose4.jpg

Les terres arides de l'isol... |
L'anatra littéraire |
Les amis d'Athéna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONCOURS LITTERAIRES 17
| Dans l'ombre des étoiles
| Solédane dans ses rêves et ...