Le Baiser.

Couples fervents et doux, ô troupe printanière !

Aimez au gré des jours.

— Tout, l’ombre, la chanson, le parfum, la lumière

Noue et dénoue l’amour.

Épuisez, cependant que vous êtes fidèles,

La chaude déraison,

Vous ne garderez pas vos amours éternelles

Jusqu’à l’autre saison.

Le vent qui vient mêler ou disjoindre les branches

A de moins brusques bonds

Que le désir qui fait que les êtres se penchent

L’un vers l’autre et s’en vont.

Les frôlements légers des eaux et de la terre,

Les blés qui vont mûrir,

La douleur et la mort sont moins involontaires

Que le choix du désir.

Joyeux, dans les jardins où l’été vert s’étale

Vous passez en riant,

Mais les doigts enlacés, ainsi que des pétales

Iront se défeuillant.

Les yeux dont les regards dansent comme une abeille

Et tissent des rayons,

Ne se transmettront plus d’une ferveur pareille

Le miel et l’aiguillon,

Les cœurs ne prendront plus comme deux tourterelles

L’harmonieux essor,

Vos âmes, âprement, vont s’apaiser entre elles,

C’est l’amour et la mort…

Anna de Noailles

 Le Cœur innombrable
 

 


Répondre

Les terres arides de l'isol... |
L'anatra littéraire |
Les amis d'Athéna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONCOURS LITTERAIRES 17
| Dans l'ombre des étoiles
| Solédane dans ses rêves et ...