Espoir…

 

 

je cherche une ville si petite
que l’ennui ne pourrait y habiter

je cherche une maison si minuscule
que la tristesse ne pourrait s’y cacher

je cherche un logis si étroit
que l’angoisse ne pourrait y pénétrer

je cherche une chambre si basse
que la solitude ne pourrait s’y coucher

je cherche un regard si bleu
que ma peine pourrait s’y noyer

je cherche un sourire si doux
que je pourrais m’y loger

et je vais de ville en ville
et je frappe de porte en porte

partout d’où je viens
partout où je vais

on me dit d’aller plus loin
que là-bas je trouverai bien

Yves Brillon

 


Répondre

Les terres arides de l'isol... |
L'anatra littéraire |
Les amis d'Athéna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONCOURS LITTERAIRES 17
| Dans l'ombre des étoiles
| Solédane dans ses rêves et ...