Archives pour la catégorie Le baiser

Les paradoxes du baiser

Il est peut-être étrange et peu romantique de parler et de caractériser l’échange de baisers comme une relation humaine, sinon un rapport social, et légitimer; ainsi l’approche des sciences sociales et humaines du baiser.
Et pourtant il s’agit bien de cela, parce que deux personnes qui s’échangent un baiser, même dans la plus stricte intimité, forment plus qu’une relation à deux, ils se conforment à des règles de la vie sociale, ils réalisent grâce au contact charnel des lèvres plus que ne suppose l’échange physique, sinon physiologique, même répertorié sous la rubrique des zones érogènes.
D’une certaine manière, et en quelque sorte un « tiers  », social, est convoqué pour témoigner et certifier; ce que les échangistes ont voulu à la fois échanger et sceller de leur relation à deux. Une langue, sans jeu de mots, est ainsi pratiquée pour signifier bien des choses, de l’ordre du désir que par ailleurs il n’est pas forcement obliger d’exprimer dans la langue articulée.
Ainsi, on ne baise pas n’importe qui, n’importe comment, n’importe où, pour n’importe quoi, etc.,… Si on échange des baisers dans nombre de sociétés et à des époques lointaines de la nôtre, si le baiser est de plus en plus universel, il apparaît à ceux qui s’y adonnent comme si naturel que cette caractéristique semblait comme le fondement de cette universalité. Or il ne l’est pas en réalité : il est l’expression d’une culture, d’une civilisation, de mœurs socialement et historiquement situées.
Il a été de différentes manières, il est de différentes manières, il sera différent et peut-être bien qu’il ne disparaîtra un jour lointain de l’Humanité, nombre de romans et de nouvelles de sciences fiction ont anticipé ses situations sociales où le baiser n’existe plus, voire même est, ce qui n’est pas une nouveauté, tabou. Ainsi, si bien intériorisé dans nos consciences et nos psychismes, «  naturalisé  » en quelque sorte par la force de nos pulsions qui nous le fait rechercher ou donner dans des circonstances choisies le baiser est des relations humaines celle qui est la plus ambiguë : ne parle-t-on pas à la fois du baiser de paix ou d’amour et le baiser de juda comme baiser de la trahison, du baiser d’alliance, du baiser de la fée comme celui du serpent ou de la vipère, le baiser maternel comme baiser d’affection absolue au baiser d’allégeance inconditionnelle d’un homme à un autre, jusqu’au verbe utilisé comme substantif, pour signifier à l’autre qu’il va être en demeure de se soumettre à la loi de celui qui l’invective.

Souvent symbole de la liberté, voire du libertinage au sens du XVIII eme siècle, le baiser est à la fois une composante de rites sociaux et est lui-même très ritualisé. Il y a un code du baiser. Code qui évolue avec le sentiment amoureux lui-même et l’espace que lui accorde la société elle-même. Le baiser franchit plusieurs fois dans son histoire la frontière entre la vie publique et la vie privée, aujourd’hui, le baiser intime s’affiche sur la place publique ; il est un slogan publicitaire.
Avec le concept du bonheur par la consommation ou le simple achat, le baiser est instrumentalisé pour érotiser un produit, une marque, il accompagne l’acte d’achat et de la consommation en glissant vers le produit l’idée du désir qu’il contient et exprime. Il est un symbole très obsédant du capitalisme de la jouissance. Le baiser de cinéma est la référence la plus courante à cet égard. Baiser codifié (taille de la femme toujours plus petite que celle de son partenaire, mouvement de plongée des lèvres masculines vers les lèvres féminines qui doivent recevoir, l’homme donne toujours un baiser, la femme le reçoit et son corps fléchit sous la pression du désir de l’homme qu’elle doit satisfaire ; une version perverse, la femme qui donne un baiser, signifie le peu d’amour qu’elle a pour cet homme et la simple recherche de la satisfaction de son propre désir et la quête de sa seule jouissance ! Baiser de contact des lèvres, simulation de l’acte sexuel qu’il préfigure : la langue de l’homme est pénétrante, la bouche de la femme accueillante, ..) il est à la fois conformé et conformant ! Il distribue les rôles, les attitudes, les sensibilités, il met la jouissance du côté des hommes et le bonheur de se donner et de faire jouir du côté des femmes.
Comme tous les codes et rites sociaux, il est à la fois expression de l’état des relations sociales hommes et femmes (le baiser, dans ses représentations, n’est pas homophile) et agent normalisateur. La norme et l’acteur.

Ainsi le baiser est une réalité paradoxale, qui concentre en lui bien des paradoxes ; présenter un site sur Internet en ajoute un autre : il est paradoxal de l’évoquer sous toutes ses coutures dans un système de communication qui abolit toute proximité et contact charnel !

citations, le baiser.

bisous.jpg
- Le seul vrai langage au monde est un baiser.

- Un baiser fait moins de bruit qu’un canon mais l’écho dure plus longtemps.

- Si un grain de sable égale un baiser vient que je t’offre la plage entière.

- Si embrasser est une langue, alors vient parler avec moi.

- Un baiser est un combat de langues dans un océan de salive.

- Le baiser, la bouche sur la bouche, est le signe le plus expressif du silence.

- L’amour naît d’un regard, se prolonge par un baiser et meurt d’une larme. Si l’amour est un péché alors puni-moi par un baiser.

- Seule la distance d’un baiser sépare l’amour de l’amitié.

- Un baiser légal ne vaut jamais un baiser volé.

glitter6ef15db6f8.gif

Le baiser

baiser2.jpg

 

 

Citations, le baiser de l’amour.

fleur11.jpg

 

image425.gifLe sourire, c’est l’amorce du baiser.image426.gif

Robert Sabatier

 Seigneur ! Je me demande quel imbécile a inventé le baiser.

Jonathan Swift

Un baiser légal ne vaut jamais un baiser volé.

Guy de Maupassant

Le baiser est la plus sûre façon de se taire en disant tout.

Guy de Maupassant

L’univers est suspendu à un baiser, l’univers tient dans un baiser.

 Zalman Chneour

Un baiser apaise la faim, la soif. On y dort. On y habite. On y oublie.

Jacques Audiberti

- Qu’est-ce que le baiser ? – Une divagation, tout chavire.

André Breton

O baiser ! mystérieux breuvage que les lèvres se versent comme des coupes altérées !

Alfred de Musset

Le baiser qu’on cueille est moins savoureux que celui que l’on imagine, et le désir vaut mieux que la conquête.

Jean Simard

On peut vaincre avec une épée et être vaincu par un baiser. image426.gif

Daniel Heinsius

Il suffit d’un baiser pour apprendre l’amour.

Max-Pol Fouchet

Chaque baiser est un tremblement de terre.

George Gordon, Lord Byron

 Partons, dans un baiser, pour un monde inconnu.

Alfred de Musset

Un serment, c’est comme un baiser, on ne peut pas le rappeler.

Daniel Picouly

image425.gifUn baiser est un tour délicieux conçu par la nature pour couper la parole quand les mots deviennent superflus.

Ingrid Bergman 

En amour, tel mot, dit tout bas, est un mystérieux baiser de l’âme à l’âme.

Victor Hugo

Les premières couronnes de la gloire sont aussi les plus brillantes, c’est le premier baiser qui donne l’ivresse la plus douceimage426.gif

Nikolaus Lenau

Quand deux êtres se sont aimés, ils ne peuvent se dissimuler la moindre absence de tendresse dans un baiser.

Graham Greene

Il y a une façon d’embrasser qui veut dire « je t’aime » et une façon d’embrasser qui veut dire « aime-moi ».

François Lavallée

Heureux chocolat, qui après avoir couru le monde, à travers le sourire des femmes, trouve la mort dans un baiser savoureux et fondant de leur bouche.

Anthelme Brillat-Savarin

Les gens ne s’embrassent guère, de nos jours. On veut le corps tout de suite, on le veut tout entier et, quand on l’a eu, on n’a plus que faire d’un baiser.

Pierre Bourgeade

Il y a des choses qu’on ne peut dire qu’en embrassantparce que les choses les plus profondes et les plus pures peut-être ne sortent pas de l’âme tant qu’un baiser ne les appelle.

Maurice Maeterlinck

image425.gifUn premier baiser, ça ne se raconte pas. – Ça se vit et ça alimente les rêves et ça crée les premières insomnies.

Marguerite Beaudry

fleur11.jpg

glitterc0eda2b584.gif

Le baiser…

fdv3.jpg

 

 Enoncé de l’amour : Le baiser

1 – Un baiser sur la main : Je t’adore.
2 – Un baiser sur la joue : Je veux juste qu’on reste amis.
3 – Un baiser dans le cou: Je te veux.
4 – Un baiser sur les lèves : Je t’aime.
5 – Un baiser aux oreilles : Je ne fais que jouer.
6 – Un baiser autrepart : Ne le/la laisse pas aller trop loin.
7 – Fixe tes yeux : Embrasse-moi.
8 – Joue avec tes cheveux : Ne peux vivre sans toi.
9 – Mets ses mains sur tes hanches : Ne peut te laisser partir.

°°°°°°°°°°°°°°°baisers.gif°°°°°°°°°°°°°°°

La Rose Rouge

 

12

Les terres arides de l'isol... |
L'anatra littéraire |
Les amis d'Athéna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONCOURS LITTERAIRES 17
| Dans l'ombre des étoiles
| Solédane dans ses rêves et ...