Archives pour la catégorie Paroles de chansons

Teri Moïse.

mac607a0097906914c4d7a6a5b632116c.jpg

Je serai là

Oublie tes erreurs et tes peurs
Je les efface
A chaque faux pas que tu feras
Je tomberai à ta place
Mon seul plaisir sera de t’offrir une vie idéale
Sans peine et sans mal

{Refrain:}
J’ai découvert qui je suis
Tout a changé le jour où je t’ai donné la vie
Et si jamais le monde t’es trop cruel
Je serai là toujours pour toi

Que tous tes amours soient sûrs
Tes amis sincères
Pour toi un domaine
Où la haine est la seule étrangère

Je ferai un monde où tout ira bien
Tu seras jamais seul tu manqueras de rien

{Refrain}

Je voudrais pouvoir tout savoir
Pour te donner une vision plus claire
De ce mystère que l’on appelle la vie

Mon seul désir sera de t’offrir une vie idéale
Sans peine et sans mal

{Refrain x2}

Les poèmes de Michelle

Michelle veut croire
En l’innocence que sa vie ne permet pas
Si jeune trop mûre
Elle connaît déjà la faim les nuits dures

Elle s’écrit une vie
Pour pouvoir tout changer, changer

{Refrain :}
Dans les poèmes de Michelle
Les enfants ont des ailes
Pour voler
C’est quand la nuit tombe
Qu’ils deviennent colombes
Pour rêver, rêver

S’enfuir de tout
Le crayon sera sa clef
Les feuilles son issue
Un vers une rime les mots s’unissent pour
Protéger la victime

Il lui faut ces mots
Pour pouvoir tout changer, changer

{Refrain}

Avec ces mots si beaux
Elle voudrait tout changer, changer

{Refrain}

Richard Cocciante.

resize.jpg 

Le coup de soleil

J’ai attrappé un coup de soleil,
Un coup d’amour, un coup d’je t’aime
J’sais pas comment, il faut qu’j'me rappelle
Si c’est un rêve, t’es super belle
J’dors plus la nuit, j’fais des voyages
Sur des bateaux qui font naufrages
J’te vois toute nue sur du satin
Et j’en dors plus, viens m’voir demain
Mais tu n’es pas là, et si je rêve tant pis
Quand tu t’en vas j’dors plus la nuit
Mais tu n’es pas là, et tu sais, j’ai envie d’aller là-bas
Le fenêtre en face et d’visiter ton paradis.

J’mets tes photos dans mes chansons
Et des voiliers dans ma maison
J’voulais m’tirer, mais j’me tire plus
J’vis à l’envers, j’aime plus ma rue,
J’avais cent ans, j’me r’connais plus
J’aime plus les gens depuis qu’j't’ai vue
J’veux plus rêver, j’voudrais qu’tu viennes
Me faire voler, me faire je t’aime.

Ça y est, c’est sûr, faut qu’j'me décide
J’vais faire le mur et j’tombe dans l’vide
J’sais qu’tu m’attends près d’la fontaine
J’t'ai vu descendre d’un arc-en-ciel
Je m’jette à l’eau des pluies d’été
J’fais du bateau dans mon quartier
Il fait très beau, on peut ramer
La mer est calme, on peut s’tirer

Notre histoire

C’est pas une histoire de cinema
C’est notre histoire à nous deux
C’est une histoire qu’on n’inventerait pas
Une histoire de gens heureux
Une histoire totalement parallèle
A c’qui se passe dans le monde actuel
Une histoire complètement marginale
On dirait même anormale

{Refrain:}
Notre histoire
Une histoire à l’envers
De l’époque où l’on vit
Histoire ordinaire
Pas tellement d’aujourd’hui
Mais c’est notre histoire
Une histoire à faire faire
Tous nos meilleurs amis
Qui ne voulaient pas coire
Qu’on vivrait une histoire
Comme notre histoire

C’est une histoire sans rebondissements
On n’en ferait pas un roman
Du genre « on se quitte, on se reprend »
Nous on s’aime à cent pour cent
C’est une histoire qui se renouvelle
Toutes les heures, toutes les secondes
Même si on n’en parle pas aux nouvelles
C’est la plus belle histoire du monde

{au Refrain}

Notre histoire
C’est une histoire de fous
Qui n’regarde que nous
Histoire sans histoire
Sans glamour et sans gloire
Mais c’est notre histoire
Une histoire à l’envers
De l’époque où l’on vit
Histoire ordinaire
Pas tellement d’aujourd’hui
Mais c’est notre histoire
Notre histoire

C’est une drogue douce et dure à la fois
Ce qui se passe entre elle et moi
Ce n’est pas juste un p’tit bonheur béat
C’est un éternel combat

{au Refrain}

Mais c’est notre histoire
Une bouteille à la mer
Comme un hymne à la vie
Message de la Terre
Aux autres galaxies
Notre histoire
Une histoire à l’envers
De l’époque où l’on vit
Histoire sans histoire
Qui ressemble peut-être
A votre histoire
Notre histoire
Une histoire
Sans histoire

Pour elle

Je ferai l’été en novembre
J’la réchaufferai pour pas qu’elle tremble
J’inventerai les mots du silence
J’lui f’rai du bleu sur des mots tendres
J’apprendrai à vivre autrement
A sa façon et loin des gens
J’irai chercher l’inaccessible
L’infiniment sentimental Pour elle…

J’irai au plus profond des rêves
Qu’elle fait lorsqu’elle est endormie
Chercher ce que jamais ses lèvres
N’oseront dire à ses envies
J’arracherai les habitudes
Et les moments qui font douter
Pour détruire les incertitudes
Sans se parlerPour elle…

J’irai au bord de l’invisible
Où l’amour tient en équilibre
Pour elle j’oublierai qui je suis
J’écouterai tout c’que son cœur dit
J’irai voler l’indispensable
L’extrême sentiment d’aimer

Je jetterai tout de mon passé
Pour faire de nous mon avenir
Peut-être simplement pour s’aimer
Peut-être pour ne jamais mourir

Pour elle…

J’arrêterai le temps qui passe
Pour que plus jamais on n’oublie
Les caresses qui souvent s’effacent
Ou qui s’enfuient

Pour elle…

Herbert Léonard.

182956336small.jpg

Amoureux fous

Elle: Deviner le jour qui se lève
Sentir ton regard sur moi
Toucher ton visage
Respirer ta peau
Et m’abandonner contre toi
Lui: Déchiffrer tes yeux d’aquarelle
Me glisser sous tes satins
Embrasser tes lèvres
Gémir dans ton cou
Et nous sentir amoureux fous
{Refrain:}
Eux: Amoureux fous
Amoureux à en mourir
A ne plus manger ne plus dormir
Amoureux fous
A n’plus savoir qui on est
Ni le jour ni même le temps qu’il fait
Amoureux comme nous amoureux fous

Elle: Me rafraîchir de tes caresses
Lui: Trouver tes chemins secrets
Elle: Retenir nos souffles
Lui: Mêler nos cheveux
Eux: Et nous sentir plus amoureux

{au Refrain}

Qui n’a pas rêvé la nuit
D’être au moins une fois dans sa vie
Amoureux comme nous amoureux fous
Amoureux comme nous amoureux fous

Pour le plaisir

Sans en attendre rien
Mais pour le plaisir
Regarder une fille dans la rue et se dire
Qu’elle est belle
Sans même aller plus loin
Mais pour le plaisir
En passant simplement lui sourire
Pour le plaisir
Il faut savoir prendre le temps
De refaire d’un homme un enfant
Et s’éblouir
Pour le plaisir
S’offrir ce qui n’a pas de prix
Un peu de rêve à notre vie
Et faire plaisir
Pour le plaisir

Ne plus courber le dos
Même pour réussir
Préférer être bien dans sa peau que sourire
Sur commande
Avoir pendant des mois
Trimé comme un fou
Et un soir tout claquer d’un seul coup …

Pour le plaisir ne plus courir, ne plus compter
Prendre la vie du bon cote
Pour le plaisir

Pour le plaisir
On peut aussi tout foutre en l’air
Faire souffrir comme on a souffert
Et revenir

Pour le plaisir
Oublier qu’on a dit un jour
Ça sert à rien les mots d’amour
Et te les dire
Pour le plaisir

Puissance et gloire

Rêve éblouissant d’amoureux
Monde mercenaire et ambitieux
Tout se confond aveuglément
Dans la folie et dans le sang

Puissance et gloire
Dans l’eau trouble d’un regard
L’aventure et la passion
Autour de Chateauvallon
Puissance et gloire
Etrange et brûlant parcours
Qui tôt ou tard
Finit sur un dernier mot d’amour

Femme emportée par la tourmente
Douce, romantique ou intrigante
Nul ne sait rien de vos secrets
De vos désirs, de vos regrets

Puissance et gloire
Dans l’eau trouble d’un regard
L’aventure et la passion
Autour de Chateauvallon
Puissance et gloire
Aux fantasmes éternels
Sous la lumière illusoire
D’un soleil artificiel
Puissance et gloire
Etrange et brûlant parcours
Qui tôt ou tard
Finit sur un dernier mot d’amour.

Quand tu m’aimes

Fébrilement je t’attends
Je suis en manque de toi
Je me languis de ton parfum
Sentir ta bouche effrontée
Epouser tous mes rêves
Dans un délicieux va et vient
Retenir nos élans
Pour que la nuit
N’en finisse pas
Tout oublier
Sous mes doigts impatients
Trouver ta voie sacrée
Je n’ai qu’un pays
Celui de ton corps
Je n’ai qu’un peché
Ton triangle d’or
Je découvre en toi
Toutes les audaces
Quand tu m’aimes
Lorsque tu dénoues
Tes jupons soyeux
Moi je m’engloutis
Au fond de tes yeux
Ta gorge étincelante
Tes buissons secrets
Quand tu m’aimes

Je ne pense plus qu’à me perdre
Au plus profond de toi
Et ta peau manque à ma peau
J’ai perdu le sommeil
Et je n’arrive plus à travailler
Je n’en peux plus
Je paie le prix que paie
Le vice à la vertu

Je n’ai qu’un pays
Celui de ton corps
Je n’ai qu’un peché
Ton triangle d’or
Je découvre en toi
Toutes les audaces
Quand tu m’aimes

Je souscris à tous
Ces plaisirs sublimes
Et soudain tu trouves
La caresse ultime
Qui arrache en moi
Un cri de victoire
Quand tu m’aimes

Calogero.

cal0409.jpg

Aime moi encore

Là tes cheveux qui me frôlent,
Mon visage sur ton épaule,
Donne moi de ta chaleur,
Contre ta peau sur ton cœur,
Toi si fragile et si belle,
Emmène moi sous ton aile,
Je veux que tu me protège,
Des mauvais sorts, des sortilèges,
Tous nos démons nos délires,
Pour le meilleur et même pour le pire,
Le pire….Je n’en ai pas peur,
Je deviens fou je deviens fort,
Je suis déjà sourd j’en veux encore,
Encore, que tu m’aimes encore,
Comme un animal blessé,
Lèche moi le bout du nez,
De mes cauchemars, de mes rêves,
Réveille moi du bout des lèvres,
Sans le savoir d’un sourire,
Tu me touches, je te désire,
Là ton ventre qui palpite,
Sur des vagues d’eau bénite,
Tous nos démons nos délires
Pour le meilleur et même pour le pire,
Le pire….Je n’en ai pas peur,
Je deviens fou je deviens fort,
Je suis déjà sourd j’en veux encore,
Encore, que tu m’aimes encore,

Tous nos démons nos délires
Pour le meilleur et même pour le pire,
Le pire….Je n’en ai pas peur,
Je deviens fou je deviens fort,
Je suis déjà sourd j’en veux encore,
Encore, que tu m’aimes encore

Dire 

Dire…
Même écrire
Raconter
Est-ce qu’il faudrait ne jamais
rien garder…

Dire…
Même le pire
Avouer
Nos fautes en sont-elles pardonnées
après
Quand on dit la vérité
Et qui sait…
Si les mots pouvaient tout arranger
Les bleus, les traces
Du temps passé

Dire que tu ne m’as jamais rien dit…
Moi j’ai préféré n’jamais rien savoir
Pour toujours y croire, oh..

Dis que tu ne m’as jamais rien fait…
Mais toutes tes larmes,
Et tous les regrets
Me suffiraient pour t’aimer

Vivre…
Ce qu’on doit vivre
Affronter
C’qu’on a jamais envie d’entendre,
On sait…

Suivre
sa dérive
Préserver…
Ce qu’il reste d’amour et qui était
La seule histoire à suivre
Et qui sait
Si la fièvre pouvait nous rapprocher
Dans nos silences et nos excès

Dire que tu ne m’as jamais rien dit…
J’aurais préféré toujours te garder
Même jusqu’à saigner
Dire que je ne t’ai jamais rien fait…
Et toutes mes larmes
Et tous mes regrets
Ne suffiront pour t’aimer
Toutes mes larmes
Tous mes regrets
Ne suffiront…

Si seulement je pouvais lui manquer

Il suffirait simplement
Qu’il m’appelle
Qu’il m’appelle
D’où vient ma vie
Certainement pas du ciel
Lui raconter mon enfance
Son absence
Tous les jours
Comment briser le silence
Qui l’entoure

Aussi vrai que de loin
Je lui parle
J’apprends tout seul
A faire mes armes
Aussi vrai qu’ j’arrête pas
D’y penser
Si seulement
Je pouvais lui manquer

Est ce qu’il va me faire un signe
Manquer d’amour
N’est ce pas un crime
J’ai qu’une prière à lui adresser
Si seulement
Je pouvais lui manquer

Je vous dirais simplement
Qu’à part ça
Tout va bien
A part d’un père
Je ne manque de rien
Je vis dans un autre monde
Je m’accroche tous les jours
Je briserai le silence
Qui m’entoure

Aussi vrai que de loin
Je lui parle
J’apprends tout seul
A faire mes armes
Aussi vrai qu’ j’arrête pas
D’y penser
Si seulement
Je pouvais lui manquer

Est ce qu’il va me faire un signe
Manquer d’amour
N’est ce pas un crime
J’ai qu’une prière à lui adresser
Si seulement
Je pouvais lui manquer

Pomme C

J’ai son image
J’ai son e-mail
Son coeur au bout du clavier

J’ai son visage
Et l’envie d’elle
Sans jamais l’avoir touchée

Dois-je sauver
Ou bien abandonner ?

Pomme, c’est un homme et une femme
Et c’est tout un programme
Un ciel artificiel
Pomme, qui m’allume et qui me quitte
On s’aime trop vite
Nos vies c’est le virtuel

Elle m’écrit
Mais mon écran
formate les sentiments

Mais j’imagine qu’une machine
Ne peut que faire semblant
Ma déesse, elle,
N’est pas vraiment réelle

Pomme, c’est un homme et une femme
Et c’est tout un programme
Un ciel artificiel
Pomme, qui m’allume et qui me quitte
On s’aime trop vite
C’est le vi- c’est le virtuel

Un peu d’amour, copié-collé
Un peu d’amour, pomme C
Un peu d’amour téléchargé
Un peu d’amour à sauver, à sauver
Mais l’amour n’est pas virtuel.

Pomme, c’est un homme et une femme
Et c’est tout un programme
Un ciel artificiel
Pomme, qui m’allume et qui me quitte
On s’aime trop vite
C’est le vi- c’est le virtuel

Dois-je sauver
Ou bien dois-je abandonner ?

Nathalie Cardone.

ph20nb.jpg

… Mon Ange

Ici tout est parfait comme je le pense
Tout ce que l’on a vécu toi et moi
Malgré les doutes et les médisances
Malgré la peur, malgré les souffrances
Je pense que l’on avait rendez-vous
Cette histoire va nous rendre fous
La magie a ses lois, avec toi
Je veux mon tour
{Refrain:}
Comme je t’aime, mon ange
Que plus rien ne change
Je veux que tu me retiennes
Je voudrais juste m’arrêter là
Guérir toute ta peine et renaître avec toi

Alors cet espace autour de moi
Ce vide, cette lumière c’était donc toi
Je savais qu’un jour je finirais
A force d’y croire à te retrouver
Ma chance c’est que t’es là devant moi
Alors cette fois je veux rester
Ne plus croire que si j’aime
On va m’abandonner {au Refrain}

Comme je t’aime, mon ange
Que plus rien ne change
Je veux que tu me retiennes
Je voudrais juste m’arrêter là
Guérir toute ta peine et rester avec toi

123

Les terres arides de l'isol... |
L'anatra littéraire |
Les amis d'Athéna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONCOURS LITTERAIRES 17
| Dans l'ombre des étoiles
| Solédane dans ses rêves et ...