Passion.

 

 

 

 

 

mon âme est comme une cascade
qui se livre à tous les vents
qui te chante la sérénade
avec les mots cueillis au fil du temps

ces mots me disent ton nom
sur tous les tons
ceux qui caressent
ceux qui blessent
ces mots crient la passion
celle qui me brûle
celle où tu bascules
celle qui de nous a raison

ces mots qui disent les jours à venir
de l’hiver jusqu’à l’été
qui disent les moments à souffrir
qui nous lieront pour l’éternité

nos vies se consument
l’une pour l’autre
de l’autre à l’une
parfois même elles se bousculent

au creux de ta main
j’ai déposé ma passion
sur elle ferme ton autre main
pour éviter son évasion

Yves Brillon.



Blotti comme un oiseau.

Blotti comme un oiseau frileux au fond du nid,
Les yeux sur ton profil, je songe à l’infini…

Immobile sur les coussins brodés, j’évoque
L’enchantement ancien, la radieuse époque,
Et les rêves au ciel de tes yeux verts baignés !

Et je revis, parmi les objets imprégnés
De ton parfum intime et cher, l’ancienne année
Celle qui flotte encor dans ta robe fanée…

Je t’aime ingénument. Je t’aime pour te voir.
Ta voix me sonne au coeur comme un chant dans le soir.
Et penché sur ton cou, doux comme les calices,
J’épuise goutte à goutte, en amères délices,
Pendant que mon soleil décroît à l’horizon
Le charme douloureux de l’arrière-saison.

Albert Samain.



voyage secret.

 

 

 

dyrcall.gif

 



 

Les terres arides de l'isol... |
L'anatra littéraire |
Les amis d'Athéna |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONCOURS LITTERAIRES 17
| Dans l'ombre des étoiles
| Solédane dans ses rêves et ...